115: Participation de l’Etat à la solidarité des collectivités

Question au Prefet.Tous les ans, un nombre croissant de familles étrangères dépourvues de logement arrivent dans les Yvelines, que le « 115 » place dans des hôtels (qui d’ailleurs ne vivent plus que de ça pour certains d’entre eux). Les conditions d’hébergement sont parfois déplorables : la sécurité et l’hygiène ne sont pas toujours respectées, ce qui place ces migrants dans des situations difficilement tenables et les communes, comme le département, dans des situations financières insoutenables.
L’Etat doit jouer son rôle, tant en terme de contrôle des conditions sanitaires d’hébergement dans les Hôtels qu’en terme de financement d’hébergements d’urgence afin de pouvoir accueillir ces familles dans de bonnes conditions et dans l’attente d’une solution de logement stable.
En outre, les Communes et le Département doivent prendre en charge les enfants de ces familles dans les écoles et les collèges. Ainsi, aux Mureaux, 77 jeunes Migrants étaient scolarisés en 2013, en 2014 on passe à 92 nouveaux élèves issus du 115, le nombre augmente d’année en année. A ce jour, c’ est près de 153 écoliers et collégiens sur la commune des mureaux dont la scolarité est prise en charge par la commune et le Département, et près de 25000 € d’impayés de cantine scolaire irrécouvrables.
Bien que cela relève des compétences des collectivités, il semblerait opportun de réfléchir à un mécanisme de modulation des dotations de l’Etat pour faire face aux variations de ces flux migratoires à la gestion lourde pour les communes et le département.
Il ne s’agit en aucun cas de remettre en cause l’accueil de ces familles mais, compte-tenu du coût croissant que cela représente pour les collectivités, l’Etat ne devrait-il pas prendre sa part dans le financement de la solidarité?

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire