CANTON 10 -Les Mureaux

Le groupe de Gauche a quitté l’hémicycle lors de la séance extraordinaire de l’assemblée départementale du 8 janvier 2014 suite au refus de Pierre Lequiller d’accorder la parole à son Président, André Sylvestre qui souhaitait faire une déclaration préliminaire.

 La réunion avait pour seul objet de donner un avis sur le redécoupage des cantons pour l’élection départementale de 2015. Sachant que le Président Alain Schmitz serait absent le mercredi 8 janvier, il est incompréhensible que cette délibération ait été rayée de l’ordre du jour de la séance de décembre. On peut seulement constater que seul, Pierre Bédier a présenté la délibération et argumenté un avis défavorable, ce qui ressemble plus à une manœuvre politicienne du groupe UMP, bien loin de l’intérêt général et des préoccupations des administrés.

 La réforme est nécessaire pour répondre au mode de vie contemporain et corriger les inégalités de représentativité des habitants aggravées par l’outrageux coup de ciseaux de Charles Pasqua en 1997 et Alain Morleix en 2012. Pour exemple, le canton de Viroflay (UMP) compte 15 905 habitants contre 61 303 sur le canton de Montigny (PS) et 51 549 pour le canton de Meulan (PS). On voit bien que la voix d’un électeur n’a pas le même poids selon le canton où il vote.

 Les nouvelles limites des cantons départementaux sont établies à partir d’une moyenne départementale de 36 122 habitants plus ou moins 20%, conformément aux normes retenues par le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel. Il a donc été nécessaire d’augmenter le nombre d’habitants du canton de Meulan en ajoutant la ville d’Ecquevilly pour atteindre 66 969 habitants. Ce rapprochement est logique car les villes d’Ecquevilly et des Mureaux sont depuis de longues années impliquées dans les contrats de politique de la ville, le syndicat de développement économique et aujourd’hui membres de l’agglomération Seine&Vexin. Ce découpage apolitique et impartial donne une égale représentativité aux nouveaux Conseillers Départementaux.

 Le gouvernement Fillon a inscrit la parité dans notre Constitution lors d’un vote du Congrès (assemblée nationale et Senat) réuni à Versailles. Cela entraine des conséquences de droit. On peut donc déplorer que notre assemblée départementale ne compte que 5 femmes sur 39 Conseillers Généraux et aucune Vice Présidente.

 Le scrutin binominal à deux tours voulu par François Hollande, assure la parité dans les territoires et favorise le renouvellement des Elus. Cela impliquera une désignation de deux conseillers, par liste sur notre canton, qui pourront être encore plus proches des habitants et des communes.

 Un redécoupage électoral est une réforme d’ampleur qui ne satisfait jamais tous les Partis, mais je dois reconnaître que c’est la première fois que nos Elus départementaux représenteront les citoyens de leur territoire avec une plus grande équité démographique et que l’augmentation mécanique du nombre de femmes respectera le pacte Républicain.

 

 

 

 

 

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire