LAÏCITÉ , la banalisation.

L’équilibre de notre démocratie républicaine repose sur des valeurs humanistes que chacun de nous se doit de protéger farouchement, de dénoncer les dérives aussi banales soient elles et d’agir pour rappeler le retour à l’ordre établi.

La LAÏCITÉ est pour moi la valeur la plus fragile mais aussi la plus essentielle pour assurer le « bien vivre ensemble ». Le principe énoncé est un minimum minimorum qui garantit à chacun la possibilité de croire ou de ne pas croire.C’est ni plus, ni moins.

Ce principe simple est la base pour chaque personne de vivre sa religion en toute liberté et à égalité avec les autres mais aussi de reconnaître ceux qui sont athées. N’oublions pas que certains pays considèrent une personne athée comme suspecte et ne lui donne pas accès à des postes de responsabilité.

En contre partie, les institutions de la République doivent garantir une neutralité bienveillante entre croyants et non croyants et écarter toutes tentatives de prosélytisme religieux dans ces décisions.

Ce sujet a fait débat au Conseil Général des Yvelines suite à une délibération paraissant banale au titre du patrimoine historique et humain. La célébration de la vie de Charles IX, dit Saint Louis, à la collégiale de Poissy sous forme d’une évocation mise en scène par un »son et lumière ».

En soi, l’événement présentant une partie de l’histoire de la ville et s’attachant à demander une participation financière pour l’investissement du département et de la commune, en vue de la réalisation technique ne me choque pas. Par contre, la participation au fonctionnement sur le cahier des charges et la convention présentée sont inacceptables au regard du principe de laïcité.

Une convention signée entre le Cure de la paroisse au nom d’une association locale et le Président du Conseil Général qui se fonde sur le synode évoquant le baptême de St. Louis et devant servir de base à des pèlerinages dans la ville jusqu’à la collégiale constituent une forme de prosélytisme religieux qui n’a pas droit de cité dans une délibération d’une institution Républicaine. C’est peut être peu de choses, peut être une mauvaise rédaction pour un événement bienveillant mais chaque « coup de canif » banalise la valeur essentielle de l’harmonie et la sérénité entre tous.

Il faut savoir que des précédents existent et ont fait l’objet de recours en Conseil d’Etat (Le Mans par exemple) qui a cassé toutes les délibérations non conformes à ce principe simple de respect de la LAÏCITÉ, dès lors que des termes du contrat ont un caractère de prosélytisme religieux. 

Ce qui explique mon intervention à ce sujet lors de la session de l’assemblée départementale, je ne suis pas contre le projet de « son et lumière » à Poissy pour lequel j’ai un avis favorable. Mais j’ai demandé que les partis pris à caractère religieux soient retirés de la convention ceci étant incompatible avec une subvention publique. Refus par la majorité de droite du Conseil Général qui bafoue les règles Républicaines de LAÏCITÉ.

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire