François HOLLANDE aux Mureaux.

F.Hollande au collège J.Vilar Les Mureaux

F.Hollande au collège J.Vilar Les Mureaux

J’ai du reporter mes vacances pour assurer ma fonction de Conseiller Général mais ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance de pouvoir côtoyer pendant une demi-journée le Président de la République. J’ai trouvé là, un homme chaleureux, simple et à l’écoute des personnes rencontrées.

 Dans l’entreprise de construction de bâtiments, il a encouragé l’effort de l’ensemble du personnel qui a repris l’entreprise, exhorté les jeunes à réussir leur intégration professionnelle et salué avec humour le représentant de la CGT qui soulignait les bons rapports avec sa direction. Pour lui, la ligne politique est claire : priorité aux jeunes et à l’emploi.

 Au collège Jean Vilar, il a été très intéressé par l’initiative des classes ouvertes pendant les congés scolaires. Musique, arts plastiques, cuisine sont animés par des professeurs et des élèves volontaires. Tous reconnaissent qu’il peut y avoir d’autres approches dans les modes d’enseignement permettant d’aller au collège avec plaisir. Pour lui, l’innovation dans l’enseignement est possible et nécessaire.

 Le repas pris avec lui, au restaurant scolaire du collège, permet un moment de détente et d’échanges. Il nous fait remarquer que les critiques, un an après son élection, accompagnées d’un acharnement de la presse, l’incite à avancer avec prudence et détermination car le véritable bilan devra se faire dans quatre ans. Il faut également reconnaître que ça ne fait que six mois que les premières réformes sont mises en application. J’ai senti sa ferme volonté de réussir à sortir la France de difficultés majeures dans laquelle elle a été précipitée.

 Pour le logement, la demande est telle qu’il y a urgence pour agir, construire et encadrer. Il compte accélérer les reformes par ordonnances pour gagner du temps et permettre plus de garanties aux propriétaires et aux locataires. Pour les quartiers, redonner toutes leurs places aux services publiques de proximité.

 Pour les associations, répondre à la demande de trésorerie en facilitant l’accès aux prêts auprès de la banque publique d’investissement et en réduisant l’imposition sur les salaires. Permettre une meilleure intégration de tous par une lutte contre l’illettrisme.

 Dans les établissements scolaires, il invite les enseignants à créer des expériences favorisant l’initiative d’entreprise hors programme. Comme à Jean Vilar, la création d’une entreprise chaque année, avec redistribution du compte d’exploitation à l’année suivante, donne aux élèves une expérience concrète du monde de l’entreprise.

 Pour la création et l’innovation dans l’entreprise, c’est une nécessité absolue pour relancer la machine économique. On peut redonner les moyens aux créateurs de faire évoluer leurs projets par l’épargne des Français, par la banque publique d’investissement et par l’accompagnement de l’économie sociale et solidaire créatrice d’emplois.

 Avant sont départ, il rappelle aux Elus que notre devoir est de redonner ce que nous avons reçu de la société pour permettre aux jeunes d’aller plus loin que nous et porter la France vers un monde meilleur.

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire