Mariage pour tous, la question?

Nous approchons des fêtes de fin d’année. Pour les uns, période de cadeaux ou de nouveaux projets pour la nouvelle année et/ou pour d’autres, festivités pour la cérémonie de la nativité du Christ. On ne peut ignorer cette culture judéo-chrétienne qui influence les règles de notre morale depuis des décennies.

 Peut on malgré tout, prendre de la distance par rapport à cette morale judéo-chrétienne,en dépassionnant le débat et faire appel à la raison laïque et républicaine?

 Au cours de ma carrière, j’ai mesuré la détresse des personnes homosexuelles qui venaient à ma consultation de psychothérapie. Il faut savoir que jusqu’en1975, l’homosexualité était considérée comme une pathologie psychique et qu’il faudra attendre la révision de la nomenclature internationale des maladies psychiatriques pour prendre la mesure de la normalité.

 Mon rôle de médecin a toujours été de respecter les choix de vie et de permettre à toute personne de s’accepter telle qu’elle est avec ses sentiments et ses attirances. Plus difficile, mais indispensable, elle doit s’affranchir de cette réalité de choix auprès de ses proches, en particulier ses parents. Je peux dire que j’ai constaté cette véritable souffrance que personne ne prenait au sérieux et souvent condamnait alors qu’aujourd’hui j’ai l’impression que la situation à tendance à se banaliser, et que la demande de reconnaissance est mieux acceptée.

 Bien que la majorité de la population soit hétérosexuelle,on ne peut ignorer  les choix de vie minoritaires. Le fait de vivre seul avec ou sans enfant, de vivre avec une personne de même sexe ou d’être transsexuel ne sont plus synonymes de perversité.  De fait, les droits et les devoirs dela Républiques’appliquent à tous.

 Quand je célèbre des mariages àla Mairie, je précise toujours que c’est un acte civil qui scelle  cette union. Les lois dela Républiqueet les devoirs des deux époux sont rappelés et doivent être respectés par toute personne qui s’engage à partager une vie commune.

 Le mariage religieux ou confessionnel, reste un choix privé à respecter, autant que le respect de la croyance ou de la non croyance en un Dieu. Je suis persuadé que personne ne pense imposer à une Église catholique, musulmane ou juive de marier ou non, les homosexuels.

 Je ne partage pas les démonstrations de rue et le racolage politique sur ces sujets qui touchent l’Humain au plus profond de son Être. Je pense que l’amalgame entre vie publique et vie privée est dangereux pour la démocratie et le respect des lois de la République.

 La séparation de l’Eglise et de l’Etat est un bien fondamental garantissant paix et respect mutuel que tout Laïc se doit de préserver pour maintenir le lien social. Alors oui, pourquoi pas le mariage civil pour tous !

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire