L’HOPITAL EST-IL MALADE ?

Le service de cardiologie de l’hôpital de Mantes-la-jolie est en effervescence depuis la décision de fermeture de la coronarographie par l’Agence Régionale de Santé (A.R.S). Depuis, les actions de mobilisations de sensibilisation auprès de la population et des élus locaux s’enchaînent. Les motifs invoqués par l’ARS pour justifier la fermeture « sur l’absence de sécurité » sont essentiellement comptables : nombre insuffisant d’actes au regard des normes de bonne pratique clinique et nombre insuffisant de praticiens compétents pour assurer le fonctionnement 24h sur 24.

 La loi « HPST », votée à l’assemblée nationale par nos Députés des circonscriptions de Mantes et d’Aubergenville, est un véritable couperet qui réduit de façon drastique et sans discussions l’offre de soins de proximité et la sécurité de la prise en charge des urgences chirurgicales des Etablissements de santé publique. La réforme de l’«Hôpital Entreprise » est avant tout comptable. Il ne faudra pas s’étonner des conséquences de cette loi près chez soi : fermeture des lits et des services, réduction du nombre de soignants ou réduction du temps d’ouverture des services, suppression de services spécialisés au profit d’établissements privés à but lucratif…

 Nous devons répondre à de multiples contraintes que sont les nouvelles conditions de travail, la transformation de la structure familiale ou le vieillissement de la population et, par dessus tout, la précarisation de la société qui appelle une politique de santé assurant une offre de soins de qualité et la pérennité des solidarités sur tout le territoire. De surcroît, la décroissance de la démographie médicale dans certaines spécialités nécessite de maintenir un niveau de compétence technique des professionnels de santé et une réorganisation des structures hospitalières.

 L’hôpital de Mantes a un fort potentiel d’expansion, par sa position interdépartementale (Yvelines, Eure, Val d’Oise) et de par son organisation en établissement de spécialités et son équipement performant médical et d’accueil. Il a sa place comme Hôpital Référent et non comme établissement satellite de Versailles ou de Poissy. Les médecins, le personnel paramédical et l’administration ont les atouts pour établir un projet d’établissement qui prend en compte l’offre de soins des établissements du territoire et le maillage des médecins généralistes. Ne gâchons pas ses chances.

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire