SOLIDARITE, PANNE DE RESSOURCES FINANCIERES ?

Je me doutais bien qu’en utilisant un titre provocateur sur l’Etat-providence, je devrai aller plus loin dans ma réflexion mais je voulais attendre le vote à l’assemblée nationale du PLFSS 2011 qui fixe le financement de la Sécurité Sociale (26/10/2010).
Comme on pouvait s’y attendre, le compte n’y est pas et, comme nous en avons pris l’habitude, avec le gouvernement Sarkozy, ce sont les citoyens atteints d’une maladie ou d’un handicap qui vont devoir compléter « la facture » par les déremboursements de certains médicaments, la révision du classement des longues maladies, la prise en charge plus importante de la dépendance ainsi qu’une sollicitation accrue des mutuelles et des complémentaires. Ce qui aggravera les inégalités d’accès aux soins.
Le gouvernement pousse jusqu’à la caricature notre système de protection sociale alors qu’il est évident que l’adaptation des ressources financières est inévitable pour sauver le système de solidarité sociale par répartition. Même si Messieurs Fillon et Copé se sont prononcés contre tout recours à une TVA sociale, il faudra bien augmenter, un moment ou un autre, les prélèvements obligatoires de façon efficace et juste.
Pour ne pas pénaliser la compétitivité de notre économie, comme en Allemagne, une augmentation de la TVA peut se substituer aux charges sociales des employeurs. Ce qui maintiendrait la compétitivité industrielle et pourrait favoriser l’emploi à long terme.
La TVA sociale peut avoir une assiette très large sans nécessairement porter sur les ménages modestes. De même qu’on n’échappera pas à une réforme de la fiscalité assortie de l’abrogation du bouclier fiscal, de niches fiscales inappropriées, d’une réforme de l’impôt sur le revenu fusionnée avec la CSG et prendre en compte les revenus du capital. Il n’y a pas que les salariés qui doivent participer à la solidarité.
On nous fait croire que les propositions de « réforme » du gouvernement sont les seules possibles réalisables. Je suis persuadé du contraire et que d’autres voies sont possibles pour dégager de nouvelles ressources de financement au bénéfice de nos régimes sociaux tout en favorisant l’emploi.

Partager ...Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someoneShare on Google+

Laisser un commentaire